Retour

La télématique en pleine transition énergétique

02 septembre 2022

véhicule électriqueCLS prépare l’avenir de la gestion des flottes électriques qui nécessite d’adapter l’offre, les services et l’accompagnement des entreprises en pleine transition énergétique.

Depuis leur création les systèmes télématiques de gestion de flotte n’ont cessé d’évoluer et de s’enrichir de fonctionnalités de plus en plus étendues. A la géolocalisation se sont ajoutés la connexion au chronotachygraphe pour l’analyse des temps d’activité des conducteurs puis la remontée des données techniques notamment de consommation et de comportement de conduite. Les boîtiers embarqués se connectent au smartphone ou à la tablette des conducteurs, à des capteurs TPMS, des sondes de températures, des capteurs de mesure de la charge, etc.

Cet enrichissement fonctionnel a permis d’ajouter sur les portails web de gestion de nouveaux services d’analyses des données et de suivi des véhicules et des tournées qui permettent aux entreprises de réaliser d’importantes économies sur les postes carburant, ressources humaines, pneumatique, maintenance du parc… mais aussi d’améliorer la performance des flottes.

Aujourd’hui la télématique s’adapte au nouvel enjeu de la transition énergétique et notamment l’arrivée sur le marché de véhicules électriques. Sur tous ses segments de marché, de la collecte de déchets à la logistique multimodale en passant par l’humanitaire, CLS observe l’engagement des entreprises en faveur de la transition énergétique. « C’est une tendance qui s’amplifie jour après jour avec de plus en plus d’entreprises qui prennent le virage de la mobilité durable et s’attaquent à l’électrification ou l’hybridation de leur flotte », observe Jean-Christophe Lagrange, responsable pôle solutions & innovation de la BU Mobilité de CLS.

« Sur le marché de l’humanitaire on a des nouvelles Car Policy en faveur des flottes plus propres, plus vertes et respectueuses de l’environnement. Les ONG ou les différents sièges européens des Nations Unies sont déjà dotés de voitures électriques pour les personnels qui circulent dans les villes. Dans la collecte des déchets, on voit arriver des BOM à hydrogène, des BOM électriques mais aussi des véhicules utilitaires, des véhicules de nettoyage, des camions aspirateurs à déchet, des triporteurs. En termes de télématique nos clients nous demandent de nous positionner et attendent sur leur flotte électrique le même niveau de service que celui qu’on propose pour les diesel », indique-t-il.

Que change l’électrique ?

Si cette électrification des flottes  répond à un enjeu majeur de réduction des émissions polluantes, elle n’est pas toujours évidente à appréhender par les entreprises et implique une modification de la conduite et de la gestion des véhicules que la télématique peut aider à analyser puis à maitriser.

Côté conduite il ne s’agit plus de mesurer la consommation de carburant mais bien celle d’électricité, d’observer l’usage du freinage qui sur certains véhicules contribue à réalimenter les batteries ou à l’inverse les accélérations brutales qui diminuent rapidement l’autonomie et d’adapter ces données aux outils d’écoconduite par exemple.

La télématique doit pour cela collecter en temps réel les données des batteries, les temps de contact allumé, la température des moteurs électriques, l’état des ouvrants mais aussi les datas des équipements tels que les caméras, radars et sondes embarquées. Dès lors l’ordinateur de bord ou l’application mobile du conducteur pourra par exemple adapter l’itinéraire en privilégiant les routes planes plutôt que celle à forte inclinaison qui engendrent une plus forte consommation énergétique en montée. Le chauffeur pourra recevoir des alertes ou notifications lui indiquant un temps restant avant le prochain rechargement des batteries et le possible impact sur sa tournée en cours.

Côté gestion des véhicules, les plateformes logicielles doivent collecter les données de consommation pour déterminer l’autonomie restante et recalculer un itinéraire ou une tournée en tenant compte de la proximité des points de chargement et du temps nécessaire. Les algorithmes des logiciels qui intègrent des fonctions de planification doivent s’adapter à ces contraintes pour déterminer des plans de route rationnels et aussi précis que ceux des véhicules thermiques.

Les gestionnaires peuvent bénéficier de rapports de consommation énergétiques pour toute la flotte, anticiper les durées, horaires et lieux de recharge des batteries ou encore visualiser sur une carte les zones de surconsommation des véhicules.

La télématique va aussi faciliter l’audit des flottes pour évaluer la pertinence et la roadmap de migration des véhicules thermiques vers un parc électrique.

Plus d’info sur nos solutions de logistique multimodale

Borne de recharge électriqueLa vision de CLS

CLS a créé une cellule Ecomobiliteam qui agrège depuis quelques mois l’ensemble des évolutions liées à l’électrification des flottes, afin de bien identifier les nouveaux besoins des clients. « La télématique doit permettre à tout exploitant de gérer les consommations d’énergie et d’analyser les trajets réalisables grâce au niveau d’autonomie restant en tenant compte de contraintes, par exemple la température extérieure qui impacte l’autonomie des batteries », explique Jean-Christophe Lagrange.

« Grâce à la collecte des données des véhicules, CLS souhaite orienter ses services vers l’audit des flottes et des besoins des entreprises. La télématique doit devenir une aide à l’adoption et l’utilisation de ces véhicules qui se conduisent différemment, ce qui peut par exemple donner lieu à des programmes de formation sur-mesure pour les conducteurs. On voit également que les villes vont devoir au cas par cas réfléchir à l’implantation de bornes de recharge en même temps qu’à l’optimisation des tournées de collecte des déchets. Les points de recharge ne sont plus forcément au hangar car il y a peut-être des contraintes ».

L’expertise de CLS et sa base de connaissance de l’optimisation des tournées de véhicules thermiques va permettre d’adapter les solutions aux flottes électriques, d’envisager pour les clients les surcouts d’équipement en bornes de recharge électrique par exemple. « Grâce à la data nous allons pouvoir modéliser l’emplacement des points de recharge de tous les véhicules et proposer des services de consulting aux différentes villes », prévoit Jean-Christophe Lagrange.

Et à terme, au-delà du rôle majeur que CLS est amenée à jouer dans la connexion des véhicules électriques, il sera probablement possible de mettre en place des services de gestion et de tracking ou encore de télédiagnostic adapté aux nouveaux véhicules de types vélos à assistance électriques triporteurs, scooters électriques, drones ! « L’électrification ouvre la voie à d’importantes innovations et au développement de nouveaux services afin que CLS continue d’accompagner au mieux l’ensemble de ses clients vers la transition énergétique », affirme Jean-Christophe Lagrange.

Nous contacter